Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 10:22

Bonjour,

Toujours le givre et un beau soleil.
Je lis le commentaire de Delphine et je me rends.

C'est vrai, c'est beau…
C'est vrai, tout paraît enveloppé d'un silence plus cristallin (alors qu'il est ouaté quand la neige est là).
Et c'est mille fois vrai: mieux vaut soleil +froid que grisaille ! J'ai vécu 16 ans à Paris. J'adorais la ville et je l'aime toujours. Mais le manque de soleil et surtout de lumière  imprimait une tristesse diffuse qui pesait pesait… Le sud-ouest est tellement plus doux…

Delphine dit aussi quelque chose qui m'a frappée: l'âme ne peut pas, ne doit pas se laisser ballotter au gré du toboggan des températures…
Sans vouloir entrer dans des débats délicats —quoique fondamentaux— sur la nature de l'âme, je me suis posé une question à laquelle je réponds de façon tout à fait personnelle et circonstanciée:  l'âme est-elle mutante ou immuable ?

Je crois que je préfère imaginer qu'elle est
un peu des deux.
Mutante, poreuse, perméable à son environnement, supposant que tant qu'elle —l'âme— est liée à cette enveloppe corporelle, il est naturel qu'elle échange avec son environnement humain et animal, végétal, mineral. Qu'elle s'en nourrisse, qu'elle les nourrisse.
Et puis, pérenne aussi, l'âme… pour continuer à voyager ensuite…

Alors même si  je me nourris davantage et digère mieux les climats tropicaux que tempérés, que mon corps exulte et mon âme s'allège quand je suis devant la mer, que son odeur, sa lumière, ses couleurs, son horizon m'apaisent, ce n'est certainement pas une raison pour geindre sous un Temps Blanc aussi riche de différences !

Et là où je te rejoins encore, ô lectrice avisée, c'est quand tu y associes le charme du monde. Oui ! Le charme du monde ! La capacité d'émerveillement! Voilà des outils qui peuvent faire basculer l'âme de façon consciente: déplacer un tout petit peu son point de vue, regarder sous un autre angle. D'accord, ça caille, mon corps se recroqueville et mon âge gémit, mais c'est beau !
J'ai écrit hier, à propos de Claris qui vit un moment difficile dans le volume 2:

"La beauté peut agir sur l’esprit comme la nourriture sur le corps".

La capacité d'émerveillement aussi.

Je m'en vais donc, de ce pas, traverser le jardin sous ce beau soleil givré  pour allumer le chauffage dans la cabane, en regardant les choses d'un œil prêt à s'émerveiller.
Et qui donc s'émerveille déjà…


Belle journée à vous !
P.A.

P.S. Là, si je savais bidouiller le blog, je mettrais une photo de la cabane… Patience, je vais apprendre
!

Partager cet article

Repost 0
Published by Pauline Alphen
commenter cet article

commentaires

Margaux 05/11/2012 14:37

Chère Pauline,
Je m’appelle Margaux et j'ai lu le premier des éveilleurs,que je n'ai pas pu lâcher.J'ai tout simplement adoré!Le mélange entre fantastique et science fiction,les personnages un poil
rebelle(surtout Claris!) J’espère que mes parents pourront très vite m'acheter la suit(le tome 2 est sorti le jour de mon anniversaire!)La suite doit être aussi bien voire mieux(mais ça,c'est
mission impossible!)
Gros bisous
Margaux

Pauline Alphen 05/11/2012 23:15



Bonjour Margaux et bienvenue sur le blog !


Merci d'être venue me faire signe. Un nouveau lecteur est toujours une joie.


Tu reviens bientôt? Quand tu auras lu la suite? Ou même avant?


P.A.


 



Karina 10/02/2010 19:20


Bonjour Pauline,

Je me demandais combien de livres penser vous écrire?Et moi je vis en Alberta mais j'ai acheté votre livres à Québec ma ville natale et je me demandais si votre livre allait sortir plus tard
puisque j'habite sûrement plus loin de cher vous?En tout cas j'espère que non!!!Au fait j'aimerais faire partie de votre fans club et je me demandais le site ses quoi si tu le sais ecrit moi le.Au
juste moi a chaque fois que je fermais le livre pour me coucher je pensais a se que Claris vivait et a se que Jad vivais et j'aimais refermer se livre pour faire des pauses et penser a toutes cette
merveilleuse histoire!:) j'apporte même votre livre a l'école.Mais je trouve que je lis lu trop vite!(Habituelemnt je lis plus vite que j'ai lu votre livre) J'espère que vous le finirer bientôt NE
PASSER PS TOUT VOTRE TEMPS SUR LE BLOG hihi:)
byebye

Karina


Lena 06/02/2010 16:34


je viens de lire votre article et vous avez raison, vous n'êtes pas de mauvais poil.
J'aimerais beaucoup vivre à Paris car j'aimerais devenir éditrice... quand vous dites mauvais... c'est quoi mauvais pour vous?


Pauline Alphen 06/02/2010 21:46


On peut certainement aussi être éditrice à Genève !
Ceci dit, Paris est une ville magnifique et j'ai adoré y vivre.

A propos de quoi j'ai employé "mauvais"?

P.A.


Croqueuse2livres 05/02/2010 22:36


Chère Pauline,

Je découvre tout juste votre blog. J'ai eu un grand plaisir à lire "Les éveilleurs" et je suis ravie de pouvoir lire un peu de vous ici.

Comme l'a dit une de vos lectrices dans un autre commentaire, je me suis laissée embarquer dans le monde de Salicande sans même m'en rendre compte. Il est arrivé un moment où je ne pouvais refermer
le livre. Alors avant toute chose : merci pour cette belle histoire. Je l'ai lu peu de temps après le salon du livre de Montreuil où j'avais pu vous apercevoir. J'ai regretté alors de ne pas
l'avoir lu plus tôt pour pouvoir venir vous voir!
Ensuite, félicitations encore pour ce blog, qui est vraiment une très bonne idée! Si besoin d'aide, n'hésitez pas, je commence à maîtriser la bête! ;)

Bonne continuation à vous,

Elodie


Pauline Alphen 06/02/2010 21:37


Ah ! C'est génial de lire que tu n'as pas pu refermer le livre. En tant que lectrice, je connais bien cette sensation ! Merci de me le dire.
J'espère que nous aurons l'occasion de faire connaissance au prochain Salon de Montreuil. Le volume 2 sera sûrement déjà paru…
Si je vais à Paris pour un salon avant, je te ferai signe.
Merci pour ta présence et n'hésite pas à intervenir sur ce blog qui est pour vous.
biz
P.A.


Emilie 04/02/2010 14:39


Chère Pauline,

C'est avec beaucoup de joie que j'ai découvert l'ouverture de ton blog ! J'aime à imaginer que la lecture est un voyage, une évasion dans un monde imaginaire qui nous permet de repousser les
limites du réel et d'éloigner les tracas du quotidien... Le pouvoir des mots est pour moi une véritable source d'"émerveillement". Et c'est exactement l'effet que m'a prodigué les Eveilleurs. Je me
suis perdue avec délice dans le monde de Salicande et attachée à ses personnages fabuleux. Refermer ce livre a été une expérience presque douloureuse tant je ne voulais pas quitter ce monde magique
!!!^^

J'ai réalisé récemment un rêve d'enfant en étant "promue" libraire jeunesse (pouvoir vivre de ma passion pour la littérature jeunesse... que demander de plus ?). Ton roman est devenu l'un des
livres que je conseille le plus aux lecteurs avides de récits merveilleux. Et c'est un réel bonheur pour moi de les voir revenir si enthousiastes et de pouvoir partager avec eux nos impressions
respectives. Je suis en train de te constituer un fan club qui attend fébrilement la suite des aventures des jumeaux et de leur entourage (hi, hi) !!!
Je te rendrais visite souvent sur le blog, en attendant de pouvoir lire de nouveau les aventures de Claris et Jad...

A bientot

Emilie


Pauline Alphen 04/02/2010 21:27


Bonjour Emilie,
Tu vois, ton commentaire me confirme encore et encore que les lecteurs sont le moteur du livre… Sierra dirait: ils sont le livre !
Pour moi, en tant qu'auteur, c'est une vraie joie de lire ce que tu dis ce mon travail. Merci beaucoup.
Je suis d'accord avec toi: la lecture est un voyage qui repousse les limites et nous permet de nous évader, de prendre un peu de distance avec le quotidien. Et l'écriture aussi !

Raconte-moi un peu: tu as ouvert une librairie? Un magasin réel ou un magasin virtuel? Où? Quelle ville? Comment ça s'appelle? Une librairie, c'est génial ! Si tu as un blog ou un site, on peut
mettre un lien dans mon blog, si tu veux.
Et dis à mon "fan club" (???) de venir me rendre visite sur le blog. Ils peuvent écrire une critique di livre, poser des questions. Ce w-end, je vais érire un article proposant aux lecteurs de dire
comment ils imaginent la suite du livre. Qu'en penses-tu?
 Reviens me voir quand tu veux et donne-moi des nouvelles de ta librairie !
biz
P.