Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 22:13

J'ai une proposition à vous faire !

J'y pense depuis un bout de temps, je n'arrête pas de le tourner dans ma tête, et c'était l'une des raisons qui m'a poussée à ouvrir ce blog…
Alors comme je ne trouverai jamais le temps idéal pour faire les choses par-fai-te-ment, autant se lancer…

J'aimerais vous inviter à écrire des textes (libres!) dans l'univers des Eveilleurs.
Que vous, lecteurs, deveniez l'espace d'un instant l'auteur.

Les textes devront mettre en scène un ou plusieurs personnages du volume 1 des Eveilleurs et aborder un thème, un épisode ou un éclairage singulier.
L'idée est de vous immiscer dans l'intrigue du livre, vous en approprier.
Approcher les personnages et l'histoire à votre façon.
Écrire une scène que vous avez imaginée,
qui vous aurait manquée, que vous auriez aimé lire, qui est passée sous silence dans le volume 1…
Le texte ne devra pas dépasser 15 000 caractères.

Bien entendu, les personnages et l'intrigue doivent rester cohérents avec ce que vous savez d'eux.

ATTENTION, il ne s'agit pas d'écrire la suite du volume 1 !
Mais bien d'écrire "à l'intérieur" du livre que vous avez lu.

A part cette restriction et la nécessité d'une cohérence avec Les Eveilleurs 1,
vous êtes libres.
D'inventer d'autres personnages pour interagir avec les personnages du livre.
D'en éliminer (glups!).
D'imaginer d'autres décors.
D'expliquer ce qui ne l'a pas été…

Il ne s'agit pas d'un concours, pas de prix, pas de note.
Mais tous ceux qui vous liront, participants inclus, pourront voter pour le ou les textes qu'ils ont aimés. —Il faut juste que je goupille une façon de faire ça, si quelqu'un a une idée…—
Et, bien sûr, les commenter !!

Alors, qu'en dites-vous?
Moi, j'adorerais vous lire…

P.S. Je mets ce texte en mode "page" également pour qu'il reste facilement accessible.

A bientôt !
P.A.




Partager cet article

Repost 0
Published by Pauline Alphen
commenter cet article

commentaires

Paulpiano 02/05/2014 18:52

Je suis tenté !
Je pense que je vais essayer mais primo : je ne suis qu'un enfant (et je manque ainsi de vocabulaire et de concentration, faut bien le reconnaître) ; secondo : si j'étais capable de maintenant ma
motivation, ce serais un talent merveilleux mais non, du coup, j'écrirais tout d'une traite : tertio : donc je serais obligé de me relire plus tard pour entrer dans la fameuse boucle perpétuelle du
"je relirais plus tard.

Bref, ça va être dur mais j'essaierais !

Délire 29/06/2010 22:48


Bonjour,
Depuis très longtemps, je rêve d'écrire quelque chose et j'ai fini par réaliser queun roman c'est trop pour le début alors j'ai décidé d'écrire ce que vous avez proposé. Seulemant, tout cela est
tout beau mais quand j'écris, je ma lance, j'écris des choses superbes et au moment où je suis moi-même impatiente de découvrir la suite et bien là c'est le bloquage. Est-ce que vous pourriez mz
donner des conseils s'il vous plait? Merci


Pauline Alphen 09/08/2010 23:18



Bonjour,


C'est difficile de donner des conseils comme ça, sans bien connaître la situation. Mais ce que je peux te dire c'est de ne pas t'arrêter au blocage justement. Dépasse-le. Reprends ton texte
jusqu'à ce que tu arrives à trouver le moyen de dépasser le point où tu t'es arrêtée. Si tes héros sont dans une situation que tu ne parviens pas à débloquer, écris ce qui se passe plus tard,
avance, et tu reviendras dessus après. Si c'est un héros en particulier qui te pose problème, travaille avec un autre personnage, ou travaille une description, un dialogue. Un texte ne s'écrit
pas obligatoirement dans la chronologie et, surtout, tu peux toujours revenir sur ce qui est écrit pour l'améliorer.


J'espère avoir un peu contribué à de désembourber. Surtout, ne te décourage pas !


A bientôt !!


P.A.



emilie 31/05/2010 16:46


merci beaucoup c'est vrai que j'ai aimé le premier et attends avec impassience le deuxième ^^
c'est super bien écrit !
j'aime bien le façon dont cette ville est isoler de toute trace de modernisme

je trouve ça originale ^^
différent des autres livre fantastique un peu barbant >


Pauline Alphen 31/05/2010 22:40



Bonjour Emilie !


Et ravie que tu n'aies pas trouvé le livre barbant !


J'espère que le volume 2 te captivera autant que le 1 !


A bientôt


P.A.



Estévan 24/05/2010 15:10


Ce n'est qu'un texte de débutant. Mais bon... Il faut essayer

Chapitre inédit : Les humains préfèrent la Terre


L'oiseau d'acier qui gobait les soldats

Alors que le soleil pointait son nez orange à l'horizon, les Borges et les jumeaux pratiquaient comme d'habitude l'Unir près du ruisseau, aux eaux vives qui glougloutaient. Claris, suivait toujours
cette exercice matinale avec distraction, copiant les mouvements assurés de son frère blond.
Tout le monde s'exécutait sous les rayons tièdes de l'étoile qui profilait derrière les montagnes aux pics déchiquetés. Leur synchronisation harmonieuse n'était rompue que par Claris qui singeait
Jad avec un court instant de retard. Ils se mouvèrent longtemps, jusqu'à avoir les muscles endoloris. La jumelle de Jad ne taisait pas son mécontentement, grommelant des phrases
inintelligibles.
Enfin, Bahir s'arrêta et Claris soupira de soulagement. L'aveugle à la chevelure immaculée paraissait soucieux, une ride creusait son front entre les deux yeux. Il annonça mystérieusement :
- Ils reviennent. Ils préfèrent la Terre.
- Qui revient ?, s'enquit Ellel, intéressée.
- Eux, répondit son père en pointant vaguement le ciel du doigt. Vous les entendez ?
Tous les autres fixaient l'immensité bleutée, bouche bée. Dans un bourdonnement semblable à celui d'une abeille, un vaisseau spatial atterrissait dans la montagne. Sur son flanc noir et longiligne,
on distinguait la blanche Marque Humaine. Les Hommes retournaient sur Terre ! Quelle surprise ! Mais pourquoi ? Claris, toujours aussi téméraire, proposa avec gaieté :
- On y va ?
- S'il te plait papa, l'appuya Ellel. Ce sera marrant.
- C'est vrai, renchérit Deli dans un sourire.
- Bon, d'accord, accepta Bahir, acculé par les trois jeunes filles.
C'est ainsi qu'ils commencèrent la marche qui les séparait du vaisseau d'où sortaient des militaires empressés. Alors qu'ils gravissaient lentement un versant pentu, Jad interrogea le vieil homme,
intrigué :
- Pourquoi reviennent-ils maintenant ?
- Je ne sais pas trop, déclara l'aveugle en évitant habilement un tronc d'arbre au milieu de sa route. Peuit-être le conflit a-t-il empiré ?
- Quel conflit ?, le questionna avidement le garçon.
- Le conflit qui opposait les écologistes aux informaticiens, révéla Bahir, perdu dans les méandres sinueux de ses souvenirs. Certains voulaient que l'on vive en osmose avec la nature tandis que
d'autres désiraient encore se plonger dans l'informatique, les machines. Ces derniers ne tenaient pas compte de la catastrophe de la peste verte, ils s'en moquaient. Peut-être les écologistes
ont-ils décidés de revenir sur Terre. Mais cette fois, pour y vivre plus sainement, comme nous.
Jad hocha lentement la tête en essayant d'imaginer la dissension, la lutte entre les deux camps. Puis, il tenta des rejoindre sa soeur, Ellel et Deli qui couraient bien devant. Il força l'allure
mais n'y parvint pas et se prit les genoux, essoufflé et haletant. Fichu problème cardiaque ! Qu'il le haïssait ! Il resta donc près des parents Borges. Bahir avec humilité se laissait guider par
Maya. Ils étaient en grande conversation. Jad, suivant des yeux les trois jeunes filles, ne leur prêta pas attention. Il se posait trop de question sur le retour des habitants d'Amazonia.
Ils atteignirent le vaisseau avant que l'astre solaire soit haut dans le ciel. En les voyant approcher, un homme au visage dur, aux cheveux ras, à la musculature imposante et à l'uniforme kaki vint
à leur rencontre :
- Ainsi cette zone est habitée ! Pardonnez-nous terriens – un bref rire rauque le secoua brièvement -, nous ne le savions pas. Moi, dit-il en se rappelant qu'il ne s'était pas présenté, je suis le
lieutenant Jack Gregory, responsable de la mission de reconnaissance.
Il serra fortement la main de Bahir. Celui-ci se chargea des présentations :
- Je m'appelle Bahir Borges, bibliophile. Voici mon épouse, Maya ainsi que mes deux filles : Ellel et Deli. Le garçon blond se prénomme Jad et la dernière demoiselle, Claris. Ce sont les enfants
d'Eben le Duc.
Le militaire détailla un moment les jumeaux avant que Bahir le questionne avec curiosité :
- Pourquoi revenez-vous en reconnaissance sur Terre ? Vous allez vous y réinstaller ?
- Oui, Amazonia devient trop petite et trop polluée. Nous autres, les écolos, nous en avons plus qu'assez !, tempêta le lieutenant. Nous voulons revenir et nous essayer à votre mode de vie. Si vous
nous accepter, bien sûr, tempéra-t-il.
Il attendait anxieusement la réponse de l'aveugle, suspendu à ses lèvres. Finalement, ce dernier annonça :
- Il faut demander ça à Eben. C'est lui qui prend les décisions. Si vous le souhaitez, nous pouvons vous y conduire.
- Si c'est nécessaire, je vous suis, dit Jack.


Permission

Ils étaient enfin arrivés au phare après des heures de marche dans la montagne. Bahir s'arrêta pour reprendre son souffle avant d'inviter Jack à le suivre. Il demanda aux autres de l'attendre à
l'Aleph. Ceux-ci acquiescèrent avant de s'en aller vers la boutique de livres, laissant l'étranger et l'aveugle seuls.
Le bouquiniste fit monter l'escalier en colimaçon au militaire qui observait le décor tapissé d'ouvrages. Ils trouvèrent le Duc à son poste d'observation habituel, au plus haut niveau. Les mains
dans le dos, Eben fixait le paysage pour une fois ensoleillé, rare, magnifique. Lorsqu'il perçut l'arrivée de Borges et du soldat, il se retourna. De profondes cernes noires maquillaient ses yeux
fatigués : encore une escapade nocturne sur le dos de Longue-Vue. Il demanda en avisant Jack Gregory d'un oeil surpris :
- Ils reviennent finalement ? Pas étonnant.
-Pas tous, précisa l'aveugle. Seulement les écologistes. Ils veulent tester notre façon de vivre en harmonie avec la nature. Si tu le leur accorde. Voici le lieutenant Jack Gregory, il vient te
demander la permission.
- Permission accordée, lâcha Eben en faisant un salut militaire au soldat. Vous pouvez disposer, lieutenant Gregory.
Bahir le regarda yeux écarquillés, stupéfait. Il ne se souvenait pas à quand remontait la dernière fois qu'il avait plaisanté ainsi. Il lui posa la question. Le Duc répondit dans un sourire
éclatant, avec enthousiasme :
- Il fait un temps merveilleux ! Il n'avait pas fait un temps pareil depuis belle lurette ! C'est revigorant, ça me déride.
- Hum, marmonna Borges, septique en pensant que le soleil avait trop tapé sur le crâne d'Eben. Nous allons te laisser à ta joie, alors.
- Embrasse Jad et Claris pour moi.
- Pas de problème, assura l'aveugle avec un rictus amusé.
Jack et lui ressortirent sous le bombardement de questions du soldat sur la vie à Salicande. Il annonça aussi qu'il devait repartir sur Amazonia pour chercher le reste des écologistes.


Départ à l'arrivée

Ils mettaient de nouveau un pied devant l'autre sur le sol inégal de la montagne. Ils raccompagnaient le lieutenant Gregory puis ils retourneraient à la grange et poursuivraient leur vie
d'enseignements en autarcie du monde fourmillant.
Après quelques heures, quelques ampoules douloureuses poussèrent sur leurs pieds. Le soleil descendait de son perchoir pour disparaître de nouveau. L'air se rafraîchissait et la faim se faisait
sentir par des grondements insistants d'estomacs. Ils se hâtèrent, pressés d'être arrivés.
Enfin, dans la lumière orangée, ils aperçurent le vaisseau spatial. Les hommes s'activaient en tous sens, préparant à manger pour tout l'équipage. A quelques mètres de l'avion de l'espace, Jack
promit aux Salicandais :
- Nous reviendrons dans quelques mois. Au complet cette fois-ci. Merci pour votre aide. A bientôt.
Il se dirigea vers sa troupe qui l'accueillit avec des hochements de têtes satisfaits. C'est alors que Bahir murmura :
- Départ à l'arrivée. Demain, ils seront partis. Rentrons, j'ai faim !
Ils se remirent en route devant le coucher de soleil orange.


Pauline Alphen 31/05/2010 22:04



Bravo Estevan !


Tu es le premier à te jeter à l'eau ! Je commençais à désespérer !


J'ai publié ton texte dans la rubrique "pages" et reviens bientôt vers toi.


Merci et encore bravo !


P.A.



Nina 12/05/2010 18:51


ok merci ^^
Je pense que ça va aller beaucoup plus vite maintenant que tous les exam' sont finit donc je vais pas tarder à vous rendre un texte, faut juste que je fasse gaffe pour les 15000 caractères... -_-'
jme rends pas bien compte de ce que ça représente mais bon j'ai toujours tendence à dépasser les limites xD enfin bon ja vais me débrouiller ^^ merci pour cette formidable occasion que vous nous
donner c'est vraiment une bonne idée (je sais je l'ai déjà dit)


Pauline Alphen 13/05/2010 00:02



Oh, mais tu peux dire autant de fois que tu veux que j'ai de bonnes idées !


Ne t'inquiète pas pour le nombre de caractères, ce n'est qu'une indication. Si tu as un logiciel Word, il compte les caractères pour toi. A ta plume ! A ton ordi ! J'attends ton texte avec
impatience !


P.A.