Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 23:51

Piece-jointe-Mail.jpeg  

Guettez-le !

II arrive, il y est presque…

Il sera en librairie le 12 octobre.

 

Je suis heureuse de vous présenter ce texte auquel je tiens.

Je vais vous dire pourquoi.

 

Le 14 juillet 1992, je reçus un fax du Brésil. Mon frère m'écrivait: "Avant tout, je veux te dire qu'elle est partie dans un sourire."


J'étais devant mon ordinateur, la lumière de l'été caressait les vieilles poutres de l'hôtel St Aignan qui accueillait les bureaux de l'ONG pour laquelle je travaillais.

Le temps était suspendu, vous savez, comme cela arrive parfois dans les moments importants.

J'étais en France et ma grand-mère (qui n'était pas ma grand-mère mais qui était ma grand-mère) venait de mourir au Brésil.

Je ne pouvais pas sauter dans un avion.

Je ne pouvais même pas vraiment pleurer.

J'étais au travail, devant mon ordinateur. C'était l'été. Ma grand-mère n'était plus.

 

Je voulais faire quelque chose.

J'ouvris une page word sur l'ordi devant moi.

Je pensai à elle. Je cherchai mon premier souvenir d'elle.


J'avais onze ans. J'habitais en France et je montais dans l'avion pour aller au Brésil où elle m'attendait. Elle et tant d'autres. Le pays tout entier.

Et, soudain, je fus envahie. Mémoire. Émotions...


J'écrivis:

Foi o primeiro avião consciente
Antes houve outros mas esse eu sabia, desse eu lembro


C'est-à-dire:
Ce fut le premier avion conscient
Il y en eut d'autres auparavant mais celui-là je savais, de celui-là je me souviens


En 1992, j'écrivais en portugais.

Et que de la poésie.

Je n'étais revenue en France que depuis quatre ans.

Ce jour-là, pour dérouler mes souvenirs, pour les pêcher si loin, la poésie ne convenait pas. Je pris le risque de la prose.

 

J'écrivis longtemps ce jour-là, retrouvant ma grand-mère et découvrant que je pouvais écrire en prose.

Je re-écrivis longtemps ensuite.

2011 - 1992 = 19

Dix-neuf ans.


Pendant dix-neuf ans, j'ai travaillé ce texte qui s'appelait alors "par exemple, la chronologie", en minuscules et sans point. D'abord en portugais. Puis en français. Et de nouveau en portugais. Puis encore en français. A la première personne. A la troisième avec un personnage féminin, puis masculin… Je ne le travaillais pas tous les jours, bien sûr, je l'oubliais pendant des mois, mais il ne m'a jamais quittée. Il manquait toujours quelque chose, ce n'était jamais comme je voulais. Alors, j'y revenais. Le récit a bougé, beaucoup. Ma grand-mère qui avait le rôle principal s'est un peu effacée, d'autres personnes ont occupé le devant de la scène, des personnes qui aujourd'hui se confondent avec les personnages.

 

En 2005, je publiai mon premier livre en français ("Journal d'un enfant aujourd'hui, au Brésil"). Des portes s'ouvrirent. Une possibilité surgit de publier d'autres textes. Je repris "par exemple, la chronologie", le travaillai encore, lui donnant la forme qu'il a aujourd'hui. La publication ne se fit pas.

En 2009, je publiai le premier volume de Les Eveilleurs.

En 2010, enfin, une éditrice formidable -la mienne- flasha sur ce texte.

 

Le 12 octobre 2011, "Gabriel et Gabriel" paraîtra enfin.

En lisant les épreuves, j'ai, pour la première fois, senti que c'était ok, que je pouvais le lâcher. Parce que j'étais arrivée à une forme, un style, un fond qui me convenait? Parce que je peux maintenant lâcher l'enfance sans peur de la perdre?

 

Ce récit est devenu, pour moi, le contenant d'un éblouissement, d'une rencontre fondatrice, de mes premiers souvenirs conscients du Brésil. Le symbole du Brésil en moi. De la langue, de mes deux langues en moi. De l'écriture. De ma grand-mère. De l'enfance. Du temps qui passe et n'abîme rien.

 

Alors, oui, je suis heureuse de vous l'offrir.

Et ne vous laissez pas avoir par ceux qui vous diront que c'est un texte "pour enfants". Ou plutôt si !

 

Il commence comme ça:

 

L'avion


 

"Il bourdonnait. Il volait. Gabriel, ça lui faisait tout drôle d’être dans l’avion sans ses parents. Ils étaient restés en France parce que son papa avait du travail et que sa maman était insomniaque dans la nuit. L’insomnie, c’est une maladie de la nuit que les mamans attrapent en même temps que les petits frères. Gabriel n’avait pas envie de penser à son frère maintenant. De toute façon, il n’y avait rien à en dire : un bébé, ça pleure, ça tète, ça dort, et ça recommence. Et ça rend les mamans insomniaques dans la nuit."

 

A part ça, j'ai des choses à vous raconter sur le volume 3 des Eveilleurs.

Dans un prochain article, d'acord?

 

Prenez soin de vous !

P.A.



 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Pauline Alphen
commenter cet article

commentaires

Alicia 19/12/2011 22:13

Chère Pauline, peut-être vous rappelez-vous de moi, j'étais avec Lena lors de votre dédicace à Montreuil. J'ai enfin un peu de temps pour vous dire que j'ai été envoûtée par "Gabriel et Gabriel".
Dans le train du retour, j'ai passé 20 bonnes minutes à le dévorer. J'ai trouvé que votre écriture dans ce roman était plus embellie que celle des Éveilleurs. Vous décrivez le tout avec vos mêmes
mots,mais plus simples et charmeurs. Est-ce la fait d'avoir moins d'actions à mener, seulement raconter des vies? En tout cas, j'ai adoré, merci pour ce beau livre =)

Pauline Alphen 02/01/2012 23:40



Bonjour Alicia,


Je me souviens de toi, oui !


Merci pour ton message et ta hâte de lire "Gabriel et Gabriel".


Tu dis bien, "raconter des vies". C'est aussi, je crois, ce que je fais dans les Eveilleurs. Plus que l'action, le suspens, ce qui l'intéresse c'est de raconter des vies. C'est la vie. Dans les
Eveilleurs, le contexte est autre, plus large, plis diversifié, alors que dans G&G, le focus est plus serré, plus intime.


Je suis  heureuse que ce petit livre auquel je tiens tant plaise aux lecteurs des Eveilleurs. Vraiment…


Merci à toi d'être venue me dire ton sentiment, c'est un moteur formidable, essentiel, pour moi.


P.A.



Gwenola 13/11/2011 09:53


Raaahhh ! On devrait me frapper ! C'est la énième fois que je ne viens pas pendant longtemps ...! Je m'en veux bon sang !
Bon, d'abord, ma note d'Espagnol :
Je vous dois un 17 ! Alors vraiment, merci beaucoup de m'inspirer comme vous le faites ! Au moins, je crois que ma classe a compris ma passion pour la lecture, l'écriture, et surtout pour vous (ça
fait pas un peu peur dit comme ça ...
Si je crois ... Bref !)
Donc je vous remercie encore et encore !
Ensuite :
Comment allez-vous ? (Ca fait bateau comme question ... pardon pardon)
J'espère que le troisième tome avance bien ? Moi je stagne niveau écriture, plus rien ne sort, juste les cours (de ma tête), j'aurais dû allez en L, la S, c'est dur ...
Enfin, j'espère que tout va bien, que le livre avance comme vous le voulez.
La pluie était parmi nous il y a quelques jours, j'espère qu'elle a su vous inspirer ! Vraiment.
L'automne se fait froid, vraiment froid, quoi que, cela se réchauffe. Vivement que le temps blanc vienne, au lieu de nous laisser entre deux saisons comme il le fait là.

Je vous embrasse très très très fort !
Gwen ~

PS : Il n'y a plus rien dans les jardins, si ce n'est les DERNIERES pommes et les potimarrons qui font chavirer mon coeur en purée ~

PPS : Un salon bientôt dans la région pour que je puisse revenir vous voir ?

PPPS : J'ai pas encore votre dernier livre ... :'(


Pauline Alphen 21/11/2011 22:30



Salut Gwen,


Pas de flagellation s'il te plaît !


Et bravo pour l'espagnol ! Mais je n'y suis vraiment pour rien, même pas peur !


Le 3ème tome avance très bien, merci ! Et tu sais quoi? J'ai encore des tomates dans le jardin ! Si, si, incroyable !


Prochain salon dans la région: St Orens (27-29 janvier).


A bientôt, Gwen, et courage pour la S !


P.A.



Agnès 07/11/2011 17:23


Salut pauline!!!
Non je suis en voyage en allemagne et je ne serais pas la mais je demanderais a maman de passer te dire bonjours.
Ah bientot!


Gabrielle 05/11/2011 20:01


Bonsoir Pauline!

Voilà un certain temps que j'ai posté sur votre blog, mais je n'ai jamais oublié d'aller y jeter un oeil.
J'ai adoré le début de Gabriel&Gabriel, mais je ne l'ai pas encore acheté, car mes finances ont un petit peu de mal à suivre en ce moment!

J'ai adoré les Eveilleurs 2, Gabriel m'a complètement déboussolé, avec sa manière de parler et de voir le monde...
Pourquoi le prénom Gabriel revient-il souvent?
(narcissique moi? absolument pas!)

J'attends avec impatience la sortie des Eveilleurs 3, à mon avis comme tout le monde.

En ce moment, je n'ai plus le temps de lire, avec tous les devoirs, l'histoire des arts...
Et je n'arrive même plus à écrire. La seule chose que je suis encore capable de faire est de traduire...

Je vous dis à bientôt peut-être...

Gabrielle


Pauline Alphen 21/11/2011 22:19



Bonjour Gabrielle,


Finances fluctuantes ? Voilà quelque chose que je peux comprendre. Tu l'achèteras quand tu pourras, c'est un tout petit récit, pas un gros roman comme les Eveilleurs. Donc, beaucoup moins cher
:-)


Merci pour ce que tu me dis de "Ailleurs", je comprends que tu aies été déboussolée et suis heureuse que néanmoins tu l'aies apprécié ! C'est exactement ce que je souhaitais.


Gabriel dans "Ailleurs" s'appellent ainsi parce qu'il s'agit d'un archange, un magnifique, celui de l'annonciation.


Quant à "Gabriel et Gabriel" c'est parce que c'est un prénom qui s'écrit de la même façon dans un tas de langues. Et aussi parce que c'est une histoire qui recoupe plusieurs histoires vraies,
dont celle de mon fils Gabriel qui avait un copain au Brésil qui s'appelait… Gabriel !


Voilà, Gabrielle, tu sais tout !


Que traduis-tu?


Moi aussi j'attends avec impatience la sortie des Eveilleurs 3 !


A bientôt


P.A.



Solenne 04/11/2011 17:41


Bonsoir Pauline !

Je suis inexcusable…
J'ai acheté « Gabriel et Gabriel » depuis sa sortie. Je suis même allée trois fois à la Fnac, parce qu'ils avaient du retard sur la livraison. Et je n'ai pas trouvé le temps pour le lire...
:(
Bon, je vais me rattraper ! Sûr, lorsque que tu me verras à Paris, j'aurai « Gabriel et Gabriel » entre les mains pour une petite dédicace, et je l'aurai dévoré !
Donc oui, je passerai au Salon de Montreuil. Je vais venir sur plusieurs jours. Le samedi et le lundi c’est certain ; et peut être d’autre jours, mais là je ne sais pas encore. Et toi, quel jours
seras-tu présente ?
Sinon, pour mon projet, oui tu l’as compris le renoncement n’est pas sur mon chemin. J’aime énormément ce que je fais, bien sûr il y a des hauts et des bas, mais c’est surtout du plaisir, alors…
J’AVANCE, à mon rythme, lol.
Bon, j’espère que tout va bien pour toi et que ton voyage d’écriture se poursuit dans les meilleures conditions, inspiration, bonnes énergies... J’espère aussi que « Gabriel et Gabriel » a trouvé
son public et qu’il reçoit l’accueil qu’il mérite.
Je te dis à très bientôt.

Solenne

Ps : Que les vifs soient avec toi !
;)


Pauline Alphen 21/11/2011 21:59



Bonjour Solenne !


Je m'en veux que tu sois allée trois fois à la librairie pour rien !


Tu sais, il y a toujours des hauts et des bas en cours de travail. Mais si c'est surtout du plaisir, c'est le plus important !


J'espère bien te voir à Montreil. J'y serai dimanche (13h30-15h30) et lundi (14h-16h). Samedi, je serai au Salon de Rouen.


Les Eveilleurs III avancent super bien mais c'est un gros boulot et, sur la fin, je deviens encore plus complètement obsédée et donc épuisée. Mais je tiens le bon bout !


Que les Vifs t'accompagnent !


P.