Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 août 2020 4 27 /08 /août /2020 13:28

 

Lectrices, Lecteurs, 

 

Je viens de passer deux jours en tête à tête avec vous.

 

Je me suis replongée hier, dans ce blog, commencé le 31 janvier 2010. Plus de 3 000 échanges s’en sont suivis.

 

Je viens de passer deux jours à tous les relire.

 

Une vague de sentiments… D’abord, un immense bonheur à vous retrouver. Retrouver vos prénoms, votre façon d’écrire. Retrouver cette sensation particulière d’un échange suivi avec une lectrice, un lecteur. 

 

Je termine cette lecture profondément émue parce que je ne consens qu’aujourd’hui à reconnaître combien vous m’avez manqué. VOUS M’AVEZ TANT MANQUÉ !

 

Vous le savez peut-être, je l’ai expliqué dans ce blog, mais je tiens à le redire. Je n’ai pas interrompu l’écriture des Éveilleurs par choix. La vie en a voulu ainsi, vraiment, je ne vois pas de meilleure façon de l’exprimer.

 

Pendant 10 ans, j’ai mis tout mon cœur et toute mon énergie dans l’écriture de ce projet dingue. 10 ans de bonheur d’écriture. Et puis, il y a eu un accident. Tout a explosé, basculé du jour au lendemain.  Je ne pouvais plus consacrer aux Eveilleurs le temps absolu que cette histoire exige. Je n’en avais plus l’énergie non plus. J’ai surnagé pour rejoindre l’autre bord, me suis agrippée à des épaves, trouvé une barque, j’ai écopé et j’ai ramé. Assez longtemps. L’autre bord semblait s’éloigner sans cesse. Quant à l’écriture, elle avait coulé avec le reste. 

 

Petit a petit, j’ai reconstruit et recommencé à écrire. En vous lisant, ces deux derniers jours, tout est revenu. Les dix ans de travail acharné, la foi d’écrire, la chaleur de votre compagnie, nos rencontres sur les salons, vos visages, vos mots. J’ai alors compris que je n’avais jamais fait face au chagrin d’avoir interrompu cette écriture vitale et de vous avoir perdus en chemin. 

 

J’avais, il est vrai, d’autres peines à porter. Mais, surtout, je n’ai jamais cessé de croire que je reprendrais l’écriture de cette saga. En réalité, j’ai continué à prendre des notes, à écrire des dialogues, des descriptions, à en rêver, à y penser. Il m’était impossible d’accepter que je ne terminerai pas cette histoire. Je ne peux toujours pas l’imaginer. Alors, je suppose que, dans une sorte de déni, je me suis dit qu’il suffirait de reprendre l’écriture pour vous retrouver magiquement. Parce que, pour moi, vous êtes inséparables des personnages, de l’écriture même des Eveilleurs, vous n’avez donc jamais cessé d’être présents en moi.

 

En voyant vos noms défiler, vos messages, les dates, j’ai pris conscience du temps passé. Vous avez grandi, passé d’autres étapes de la vie, déménagé, changé d’adresses mails. Je vous ai peut-être bel et bien perdus dans les tours et détours du temps. Le temps dont on dit qu’il n’existe pas. Et pourtant…

 

Je vous voulais vous demander pardon si vous avez eu l’impression que je vous ai lâchés.

 

Je voulais vous remercier de m’avoir lue et accompagnée.

 

Et puis, parce que finalement tout cela se résume à un seul mot, je voulais vous dire que je vous aime.

 

Gardez-vous bien !

P.A.

 

P.S. Petit à petit, je reçois des réponses. Tom, Natacha, Valériane, Benjamin, Marie, Lucile, Montaine, Juliette, Ludmila, Noémie, Luciana… Quelle joie de vous lire !

 

Laetitia, Juliah, Alicia, Leela, Lena, Iris, Olivia, Alexia, Alice (lizly), Stéphie, Léo, Max, Marion, Gabrielle, Elisabeth, Bénédicte,  Pauline… Où êtes-vous? 

 

Anouk, Cyril, Delphine, Lyra, Gwen, Brit, Alex, Lauraline, Ida, Alix, Maïwenn, Jérémy, Léna et tous les autres… Écrivez-moi…

P.S.2

Oui, hommage discret à Maxime le Forestier :)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Lucia' (ou Luciana :p) 09/09/2020 21:32

Ecrire, écrire, écrire...

Toujours et encore, à contreflots, contre-sort... Avec les années qui passent je me suis rendue compte que l'écriture, si elle s'éloigne parfois de moi (ou plutôt, que je m'éloigne d'elle), finira toujours par me rattraper pour me rappeler que ce n'est qu'avec elle que je me sens véritablement entière.

Je me dis que c'est peut-être... un peu pareil pour toi ?
La vie est arrivée, et comme d'habitude, elle a tout bousculé. Mais quel plaisir, quel bonheur de te retrouver, ici aussi... <3

Pauline Alphen 01/10/2020 12:54

Bonjour Luciana,
Oui, parfois, je m'éloigne de l'écriture. Toujours à mon corps défendant. Jamais un choix.
Quand je m'en éloigne, c'est parce que la vie exige que je sois totalement ailleurs. Et j'en souffre toujours. Profondément.
Oui, en écrivant que je me sens entière, à ma juste place, totalement en harmonie.
Alors, nous essayons sans cesse de revenir à cette incroyable sensation, n'est-ce pas?
Et le partager est un bonheur de plus :)
Garde-toi bien

Jérémy 02/09/2020 17:30

Merci pour votre réponse Pauline !

Je ne savais pas que vous étiez coach littéraire (je ne savais pas que ça existait tout court à vrai dire).

Quant aux partages d'écrits sur ce blog, c'est une excellente idée !

Cela m'intéresse en tout cas, et si d'autres sont partants pour faire partager leurs écrits, je suis preneur (l'appel est lancé :) )

A très bientôt Pauline, encore merci pour votre chaleureuse présence

Jérémy

Pauline Alphen 01/10/2020 13:01

Cher Jérémy,
Le travail d'accompagnement en écriture est un travail à part entière et rémunéré que j'exerce parallèlement à mon métier d'écrivain. Je ne le fais donc pas sur le blog. En revanche, mon blog reste un espace où vous pouvez publier vos textes si vous le désirez. Il faut seulement me les envoyer avant par mail.
A bientôt, j'espère !
P.A.

Jérémy 19/09/2020 09:42

Chère Pauline,

Je serais ravi de pouvoir partager ce que j'écris ici, être votre Apprenti, un Apprenti Nomade, en espérant que comme vous dites, cela ouvre la voie (la voix ?) à beaucoup d'autres :)
ce serait une excellente expérience :)

Merci pour votre présence et votre ouverture.

A très bientôt Pauline !

Jérémy

Pauline Alphen 05/09/2020 17:16

Ben, je ne savais pas non plus avant de commencer à le faire :)

Disons que la Nomade de l'Écriture que je suis prend des Apprentis sous son aile. Et c'est un vrai bonheur.

Si tu veux partager ce que tu écris, je trouverai bien le moyen de créer une page dédiée sur le blog, en attendant mieux. Et ton exemple ouvrira peut-être la voie?

A bientôt, Jérémy !!
P.A.

Ipiu 31/08/2020 22:03

Que de nostalgie et de douceur (saudade ?) ressenties à la lecture de tes mots, Pauline !
Cela me ramène... si loin en arrière. Autre temps. Autre vie... loin derrière et pourtant toujours là, bien au chaud au fond de mon cœur. Tes mots la font remonter :-)

Le temps passe, le temps éloigne parfois, involontairement, mais le temps n'efface pas ce qui compte : le souvenirs des heures passées à Salicande, avec le sentiment d'être "chez moi", la présence de ces livres qui me suivent partout, toujours (et ce malgré bien des déménagements !), le souvenir réconfortant et rayonnant de tout ce que nous avons partagé.

Je suis si heureuse de savoir que la vie te laisse enfin la possibilité de retrouver le chemin des Éveilleurs ! :-) Le savoir, lire ton message, me donne tellement envie de les relire, de retrouver tous ces amis, de me remettre en tête toutes ces questions auxquelles j'aimerais avoir la réponse ! Raviver les émotions, en attendant... la suite !!! :-)

Continue à écrire ici si tu en as l'envie et la possibilité, c'est un vrai bonheur de retrouver ce lieu où tant de belles choses se sont échangées.

Prends soin de toi, Pauline.
Je t'embrasse.

Ipiu

Pauline Alphen 05/09/2020 17:32

Ce n'est pas si loin, ni si longtemps... Cela n'a aucune importance. Ce qui importe c'est ce lieu chaud au fond de ton cœur.
Tu le dis bien, le temps n'efface pas ce qui est vraiment.

Je suis d'accord avec toi. J'ai été émerveillée, quand j'ai relu tous vos commentaires des 10 dernières années, de la qualité des émotions, de l'énergie, qui en émanaient. Et je retrouve tout en vous lisant au fur et à mesure que vous revenez.
Reste dans le coin, Ipiu, tu es à ta place.
bise
P.A.

Sampo Jérémy 28/08/2020 18:41

Chère Pauline,

Quelle belle surprise j’ai eu hier en ouvrant ma boîte mail (qui a changé d’ailleurs : je n’ai jamais été si heureux d’avoir effectué ce transfert d’adresses, car quel gâchis cela aurait été de ne jamais recevoir votre message !).

Une belle surprise, et puis une profonde émotion à la lecture de votre billet sur ce blog. Votre message m’a touché, retrouver votre écriture m’a touché, me voir cité parmi les prénoms de vos lecteurs m’a touché.
A sa lecture, les souvenirs ont afflué : celui de notre échange sur ce blog, bien sûr.
Puis la lecture des Eveilleurs, évidemment.
Retourner sur ce blog a ouvert la brèche du temps justement. Un temps de l’esprit si différent du temps de vie, un temps qui peut nous ramener des années en arrière d’un claquement de doigt, ce temps de l’esprit qui pour moi s’apparente tellement à celui de l’écriture.
L’écriture…
Que de chemins parcourus depuis !
Je me souviens vous avoir dit que j’écrivais. J’écris toujours.
L’écriture m’a apporté tellement de choses : la rencontre d’une personne intéressée par mes écrits qui est désormais un de mes amis les plus proches.
L’écriture qui a toujours été là, tapie quelque part, même durant ces périodes où elle ne coule pas aussi librement que je le souhaiterais.
L’écriture, qui a débuté lorsque j’étais étudiant, m’a suivi lorsque j’ai démarré dans le travail, et qui continue de me suivre aujourd’hui. D’un tome, j’en suis désormais à deux, et en plein dans l’écriture du dernier. Je me suis lancé dans l’autoédition, me suis inscrit sur un forum d’écriture et d’échange autour de la pratique…
L’écriture thérapie, toujours elle, qui était là lorsque j’ai enfin accepté qui je suis et qui je serai.

Je me retrouve tellement dans ce que vous avez écrit, alors que nous ne nous sommes jamais rencontrés.
C’est un bien joli cadeau que vous nous faites.

Combien de fois ai-je cherché des infos sur le tome 5 des éveilleurs, suis-je allé sur ce blog pour voir s’il était de nouveau actif ?
Je comprends désormais votre silence. Et compatis sincèrement.
Mais je comprends encore plus quand vous dites que l’écriture ne doit jamais être abandonnée.
Jamais !

J’espère sincèrement que nous pourrons rester en contact, que nous pourrons pourquoi pas échanger davantage sur l’Ecriture.

A très bientôt Pauline,

Jérémy

Pauline Alphen 29/08/2020 19:08

Cher Jérémy,

Crois-moi, cet échange m’est aussi précieux qu’il l’est pour toi. L’émotion est présente des deux côtés de cet échange. Et c’est, je crois, ce qui rend cet espace si singulier.

Oui, la lecture, l’écriture nous donnent accès à une autre dimension de l’esprit, où le temps ne coule pas de la même façon, et qui n’en est pas moins réelle. Et, dans mon cas — et le tien, il semble — indispensable.

Donc, tu écris toujours ! Deux tomes ! Quelle bonne nouvelle ! Comme je l’ai dit à une autre lectrice, c’était aussi l’idée du blog : faire lire et écrire. Et en réalité c’est aussi une intention très présente dans les Eveilleurs à travers Claris et les Nomades de l’Écriture. Je suis particulièrement heureuse quand une lectrice ou un lecteur me dit qu’il écrit.

Le processus créatif, et plus particulièrement celui de l’écriture, m’intéresse depuis bien longtemps. Et c’est tout naturellement que j’ai, ces dernières années, ajouté une corde à mon arc, celui de coach littéraire. J’accompagne des personnes qui écrivent ou veulent écrire dans leur processus créatif. C’est une satisfaction profonde de pouvoir partager des outils et un savoir-faire que j’élabore depuis 50 ans. Cela fait grand sens pour moi. C’est comme tu dis si justement: une pratique. Une pratique de soi en profondeur.

Oh si, nous nous sommes bel et bien rencontrés. Ici !

S’il te plaît, occupe ce blog, occupez ce blog avec tous les échanges que vous voudrez sur l’écriture et la lecture, et la vie en général. J’y participerai au mieux.

Merci pour le bonheur qu’apporte ton message, Jérémy.
A bientôt et garde-toi bien !
P.A.

Elise 28/08/2020 12:47

Il y a trois jours, je me suis arrêtée devant les Eveilleurs dans ma bibliothèque, en me demandant si un jour j'aurais le fin mot de cette histoire qui m'avait fascinée plus jeune. Aujourd'hui, je décide de faire des recherches (peut etre le tome 5 était il sorti sans que je le sache depuis mes années lycée ?), et je retrouve ce blog !
En espérant vous lire régulièrement,
Bon courage et bonne continuation !

Pauline Alphen 28/08/2020 15:11

Elise ! Il y a trois jours? Quelle belle synchronicité ! Tu auras le fin mot de cette histoire, promis. Je veux dire : j'écrirai cette histoire jusqu'au bout. Jusqu'à ce qu'elle ne veuille plus être écrite. Jusqu'à ce que les personnages ne m'habitent plus, qu'ils ne me hantent plus la nuit, ne me parlent pas sous la douche, en voiture, dans la rue.
Je vais essayer aussi d'écrire régulièrement ici. N'hésite pas à me secouer, si ce n'est pas le cas !
Je suis si heureuse de avoir que Les Eveilleurs habitent toujours ta bibliothèque :)
Merci d'être là ! Garde-toi bien !