Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 17:13

 

 

 

8 septembre 2017

Jour 3

Je tourne autour comme un moine autour de son puits.

Je trie, j'archive, je range, je nettoie, j'organise. Travaux d'approche.

 

Dans quelques jours, je vais reprendre le récit des EVEILLEURS. Comme à chaque début de tome, je commencerai par reprendre les notes, les résumés, les tableaux, les plans. Replonger dans ce fleuve fait d'organisation et de lâcher-prise, de contrôle et de hasard, d'inspiration et de doutes, d'émerveillement et d'angoisse, de nuits, de jours. L'écriture. 

 

Je sais qu'une fois que j'y aurai glissé un orteil, je serai happée. Les personnages, l'intrigue ne me lâcheront plus. J'y penserai en prenant ma douche, je prendrai des notes au supermarché, mes nuits seront plus habitées que jamais et les jours n'auront pas assez de leurs huit heures de travail. J'évoluerai dans cet espace-temps particulier qui plaît aux chats et fait rire les enfants qui savent qu'ils doivent être patients parce que je perds les clés, le téléphone, cherche les lunettes qui sont accrochées autour du cou, dors mal, suis incommunicable le matin et qu'ils se régaleront (cuisiner aide à la création comme tout le monde le sait). Le temps va devenir impossible. D'autant que la pression de terminer LES EVEILLEURS vient s'ajouter à celle de commencer un nouveau tome.

 

C'est ce processus que je veux partager avec vous. Sans triche. Ce ne sera pas toujours glamour, excitant, intéressant. J'écrirai ce qui se passe, jour après jour, au fil du travail. J'aimerais bien ne sauter aucun jour mais ce sera peut-être le cas. Certains messages seront sûrement très courts. Vous n'êtes pas à l'abri d'incohérence, de trépignements énervés, de pétage de plomb, d'accès de joie, d'extase béate. Bref, nous verrons bien !

 

Je veux, dès maintenant, vous prier de me pardonner si je ne réponds pas aux messages que vous laissez ici. Pourtant, depuis avant-hier, les doigts me brûlent de répondre à vos mots qui sont comme de l'eau fraîche coulant dans la gorge. Mais je sais que je ne pourrai bientôt plus le faire et ce ne serait pas juste d'écrire à certains et pas à d'autres. Vous répondre bien, vous répondre vraiment, prend du temps. Faire les choses bien demande du temps. Et, dès que j'aurai trempé ce fameux orteil, le temps tout entier —sauf le temps sacré des enfants— sera celui des EVEILLEURS.

Néanmoins, sachez que non seulement je lis vos messages mais je les relis. Ils sont le carburant qui fait démarrer le moteur le matin. Savoir que vous êtes à mes côtés est essentiel.  Alors, je vais faire pire que de ne pas répondre: je vais vous inviter à continuer à mettre des petits mots par ci, par là, au gré des messages, quand l'envie vous viendra, même s'ils ne sont pas longs. A chaque fois que vos noms apparaissent sur l'écran, c'est une bouffée de bonheur. Autant de phares qui disent: nous sommes là, viens, viens, c'est par ici...

A demain !

P.A.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Delphine 13/09/2017 06:47

Pauline, j'ai l'impression que tu me décris quand je dois écrire un article, un livre...plein de force et de courage. bises

Pauline Alphen 10/09/2017 21:56

Gaëlle a écrit. Pour une raison technique quelconque, j'ai lu son commentaire sur le téléphone mais il n'apparaît pas sur le blog. Alors je le recopie ici. Vos mots me vont droit au cœur, aussi sûr que Jwel et Flèche ne ratent jamais leur coup. Vos mots sont l'encre de mon stylo.

"Les Eveilleurs sont la plus belle poésie qu'il m'ait jamais été donnée d'entendre, avec la musique d'un flot doux, continu, semblable et toujours différent du ruisseau. Les Eveilleurs sont la poésie du monde, mais aussi celle d'un autre monde. Les Eveilleurs sont la poésie de son auteure, mais aussi de ses personnages, et même de ses lecteurs.
Les Eveilleurs c'est à la fois ce devant quoi on se met à genoux par respect, et ce vers quoi on court se blottir pour se sentir parfaitement chez soi.
Merci de m'avoir donné un modèle et une maison. Un modèle que je n'ai pas quitté des yeux depuis huit ans et une maison que j'ai toujours plus de mal à quitter, le temps de la (re)lecture s'allongeant chaque année, processus inverse de ce vers quoi nous pousse la vie. Merci de m'avoir donnée deux vies qui n'en sont qu'une, alors d'autant plus riche.
Prenez le temps qu'il vous faudra pour vos adieux, je serai toujours là pour vous lire, nous serons toujours là.
Merci"
Gaëlle

Lauraline 09/09/2017 11:06

Oui Pauline, écris, écris pour toi, écris pour nous. Nous sommes là et allons le rester, friands de tes mots et mieux encore, des émotions qu'ils te procurent lorsque tu les écris.
Bon courage pour cette belle nouvelle aventure... :-)

Tatsu 09/09/2017 01:22

De tout cœur avec toi dans cette immersion ! Merci de partager ici un peu du voyage, nous t'accompagnons et te soutenons pas à pas <3

Mélissa 08/09/2017 23:57

Bon courage pour ce départ sur les routes hasardeuses de l'écriture, et merci d'avance pour les messages qui nous permettrons de vivre un peu, avec vous, ce voyage jalonné de mots. J'attends avec impatience le moment ou Salicande se remettra à vivre entre mes mains au fil des pages !